Actualité Interview

Interview : Mouna Coulibaly à propos de Sub Saharian Bio : « Nous avons 97% de taux de réussite »

Les débuts de Mouna Coulibaly dans sa nouvelle aventure après avoir abandonné le journalisme, l’organisation d’événements et le cinéma n’ont pas été aussi faciles. Mais marquée par sa détermination, sa foi en son projet et son abnégation au travail, la jeune entrepreneure finit par se rendre incontournable dans son secteur d’activité. Avec plus d’une dizaine d’employés, cette trentenaire à la tête d’une entreprise prospère ‘’Sub Saharian Bio’’ se donne à cœur joie pour réparer les peaux à problèmes.

Vous aviez fait l’école de journalisme, à quel moment est arrivée votre passion pour le cinéma ?

Effectivement, je suis arrivée dans le cinéma parce que j’avais fait du journalisme. Ces deux corps de métiers sont liés et assez proches. Pour mon expérience au cinéma, j’étais d’abord coordinatrice. Mais il faut aussi dire  qu’après les études de journalisme, j’ai fait tout ce qui est événementiel donc gestion de projets. Et c’est la gestion de projets qui m’a mené justement au cinéma. Il y avait un poste disponible pour la coordination des équipes et de projets. J’ai été retenue pour le poste et j’ai commencé à travailler comme coordinatrice de production. Puis, je suis montée jusqu’à productrice exécutive. C’est en étant à ce poste de productrice exécutive que j’ai été invitée en Inde pour un festival et justement c’est de là que tout est parti. A savoir ma passion pour la cosmétique.

C’est donc du cinéma que le déclic est parti à travers l’Inde ?

On va dire que l’opportunité de voyager en Inde s’est présentée. J’ai saisi cette opportunité car je savais aussi que l’Inde était réputée par sa médecine des plantes. A travers donc ce voyage, je voyais également une opportunité de pouvoir trouver des remèdes et solutions pour mes problèmes de peau qui persistaient malgré mes nombreuses visites chez des dermatologues réputés en Côte d’Ivoire.

Quels étaient ces problèmes de peau qui n’arrivaient pas à guérir malgré toutes les recettes qu’on vous proposait ?

Je suis acnéique. J’ai toujours été acnéique d’ailleurs. Toute ma famille est acnéique. Ce sont des boutons qui peuvent être liés à plusieurs causes et facteurs soit au cycle soit à des infections mais qui font que de manière permanente plus ou moins, on a des boutons qui couvrent l’ensemble de nos visages. Ces boutons non seulement sont très difficiles à porter mais aussi douloureux et même souvent, ils peuvent démanger. Ce sont vraiment des boutons qui empêchent de vivre et font perdre en assurance et en confiance. En tout cas, je puis vous dire que c’est très pénible lorsqu’on est acnéique. Car, ces acnés laissent des tâches, qui se transforment en des cicatrices sur le visage. Ça peut être aussi sur le dos, sur la poitrine. Ils peuvent rendre la peau rugueuse et pas du tout jolie à voir sans oublier les douleurs qui en découlent.

On s’imagine que tout est parti en 2014 où une fois en Inde après avoir trouvé des pistes de solutions pour vos problèmes de peau, vous prenez finalement la décision de vous consacrer à cette médecine en créant votre propre marque ?

C’est en fait, un long processus parce qu’en 2014 effectivement, je découvre la médecine naturelle. J’essaie de trouver des plantes bonnes pour la peau. Mais le problème ne se résout pas automatiquement toutefois, je vois déjà des améliorations. A partir de là, je commence à croire que je suis sur la bonne voie. C’est ainsi que je me lance dans d’autres recherches personnelles. Au fur et à mesure de mes recherches personnelles, je me rends compte que pas mal de plantes qui sont indiquées au niveau de la médecine traditionnelle indienne sont des plantes qui existent dans notre pharmacopée par exemple comme le ‘’Djeka’’ qui est la feuille de neem. La passion commence à prendre le dessus lorsque je constate une véritable progression dans ma guérison ce qui me permet de m’investir davantage dans mes recherches. Convaincue de l’efficacité de ces solutions, je commence à me dire qu’il y a vraiment des choses à faire ici. Finalement, j’en ai fait une vocation.

Toujours productrice cinéma, quelle décision prenez-vous une fois que cette nouvelle vocation s’installe ?

Tout de suite, je démissionne de mon poste pour prendre les cours mais cette fois pas en journalisme mais en bio-cosmétique. C’était en octobre 2015. Je commence d’abord avec deux années en bio-cosmétique en France puis deux autres années en Angleterre. Il faut dire qu’à partir de mes deux premières années, je commence déjà à proposer mes services, à commencer la marque. Dès 2018, je lance ma marque qui propose des produits cosmétiques de bien-être. A la suite de ma seconde formation qui est du niveau senior, je commence vraiment à proposer des produits qui vont être totalement dirigés vers les peaux à problèmes et qui sont justement l’essence même de la marque. La bio-cosmétique, ce n’est pas essentiellement du bien-être, c’est 100% pour les peaux sensibles et à problèmes parce que j’ai constaté qu’il y a un réel besoin dans ce secteur.

Une fois la marque lancée, quels sont les types de produits que vous lancez pour aider les ivoiriens à soigner leurs problèmes de peaux ?

On a une vingtaine de produits qui répondent tous sont tous aux problèmes de peaux. Nous avons donc des gammes pour l’acné, pour les tâches, pour les vergetures, pour les peaux abimées, contre le vieillissement précoce, pour la cellulite, pour les démangeaisons, les peaux atypiques, pour l’allergie… Nous faisons également de la réparation. Et en ce sens, nous avons une gamme spécifique justement pour réparer les peaux qui sont abimées, c’est-à-dire pour les problèmes survenus à la suite d’une dépigmentation de peau par exemple.

Aujourd’hui, comment se porte la marque ? Quelle est la part de marché que vous occupez ?

La cosmétique naturelle est assez nouvelle tant en Côte d’Ivoire qu’en Afrique. Le constat est qu’au moins 10% de femmes se dépigmentent la peau, ce qui va tout naturellement leur causer des problèmes. Nous sommes numéro un dans notre secteur en terme de découverte, de clientèle et de vente. Et ce qui est intéressant, c’est qu’en dehors de la Côte d’Ivoire, nous sommes présents aussi partout à travers notre site à partir duquel nous livrons des commandes. Nous sommes bien évidemment basés en Côte d’Ivoire où nous avons différentes boutiques dont celle de la Riviera qui est un showroom, qui est le plus grand, ensuite Prima. Aussi, avons-nous beaucoup misé sur le digital et le numérique pour permettre à n’importe quel client de se procurer son produit et être livré n’importe où il se trouve.

Pourquoi donc tous ceux qui ont des problèmes de peaux devraient venir chez vous ?

Nous sommes les meilleurs ! Nous sommes en tout cas la référence pour régler tous problèmes de peaux. Nous avons 97% de taux de réussite et très souvent ceux qui ne réussissent pas à guérir de leurs problèmes de peaux sont ceux-là qui n’utilisent pas assez correctement nos produits, qui n’ont pas la bonne posologie. En plus, toute vente chez nous est précédée d’un diagnostic pour dire qu’on n’est vraiment pas des marchands de tapis. Lorsque nous recevons un client, on lui pose d’abord diagnostic de sa peau, de ses habitudes, de ses besoins et c’est à partir de là qu’on lui propose un traitement progressif. Aussi, pour commencer le traitement, nous dédions une ligne personnalisée pour mieux suivre le client. Nous avons des équipes disponibles 6j/7 de 09h à 19h qui conseillent mais aussi qui suivent. Chez nous donc, le client est vraiment le centre de notre préoccupation. C’est pourquoi, je leur dis que s’ils sont fatigués de dépenser, s’ils sont fatigués de vivre le même problème de peau depuis des années, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter. Nous avons une solution pour eux. A Sub Saharian Bio, nous sommes des spécialistes des peaux sensibles et à problèmes. Nos produits sont 100% naturels faits à base de matières premières issues de toute l’Afrique subsaharienne. On met vraiment en avant le côté diagnostic et le côté suivi. Le taux de réussite est de 97%.

Articles recommandés

[Vidéo] Maestro Elysée « Jésus sauve Moi » | A voir sur Anoumabo.com

adminanoumabo

Musique/Zouglou: Les Salopards sont-ils de retour ensemble ?

adminanoumabo

[Agenda] Mega concert pour la Paix ce Samedi 10 Octobre à la Place Jean-Paul II de Yamoussoukro

adminanoumabo