Anoumabo.com
  • Home
  • Actualité
  • A lire et à boire : Fatou Diomandé explique « Douleur intime » au restaurant le Paon
Actualité Annonce Events Galerie

A lire et à boire : Fatou Diomandé explique « Douleur intime » au restaurant le Paon

Assistante sociale, sociologue de formation, FatouDiomandé fait son petit bonhomme de chemin dans le cercle des écrivains.

Lire aussi : A lire et à boire : Cheick Yvhane était hier au Ménékré

Elle était l’invité de la deuxième édition 2018 du rendez-vous littéraire « A lire et à boire » ce dimanche 18 mars 2018 au restaurant le Paon à la riviéra 3, avec son livre Douleur Intime. « Douleur intime est un manuscrit que je n’ai pas voulu publier lorsque je le rédigeais », a-t-elle souligné en amont au cours de son discours liminaire. C’est le jury d’un concours littéraire auquel elle a pris part avec son manuscrit qui l’encourage à publier l’œuvre qui se présente comme un véritable chef d’œuvre. Depuis 2017, le livre de Fatou Diomandé est au programme scolaire pour les élèves de la classe de 4e. Dans son ouvrage, l’auteur aborde plusieurs thèmes qui sont parfois à l’origine de la déchéance sociale et scolaire des élèves. Le personnage principal, Myra, violée par un ami de classe de parents nantis, Myra est expulsée de la maison par sa mère, abandonnée, livrée à son sort, la jeune fille contracte des suites de ce viole, une grossesse dont elle doit faire face avec le VIH-SIDA. Elle mit au monde un garçon qui n’a jamais connu son père et découvre après la mort de sa mère, son journal intime qui relate les circonstances de sa naissance…

Facebook Comments

Related posts

Grand moment de prière intense et de démonstration de puissance de Dieu et de rencontre avec JESUS-Christ Le vendredi 29 mars 2019 au terrain Aby raoul de marcory Anoumabo

Michel GNABLE

20 ans Magic System: Première journée des ateliers “Jeunesse et Climat”

Tiescolesultan225

Côte d’Ivoire : Les agents de Côte d’Ivoire logistique lancent un ultimatum à leur autorité de tutelle «si rien est fait, la semaine prochaine, nous allons descendre dans la rue»

Michel GNABLE