Actualité

Après l’attaque d’Anyama, des révélations qui livrent des secrets

Un jour après l’attaque armée contre les Forces Armées de Côte d’Ivoire (FACI) à Anyama, des révélations troublantes continuent de tomber

Nos Forces de Armées de Côte d’Ivoire ont été attaquées par un groupe d’assaillants dans la localité d’Anokoua Kouté à Anyama dans la nuit du mardi 20 au mercredi 21 avril faisant 3 morts côté assaillants et deux blessés dont un militaire ivoirien et un assaillants fait prisonnier.

Après cette attaque des révélations sur les assaillants continue de tomber à partir des documents administratifs (passeport, carte d’didentité, permis de conduire…) saisisse sur les assaillants.
Selon Jeune Afrique, après interrogation d’un des assaillants arrêté, les envahisseurs sont des anciens miliciens recrutés pour tenter de déstabiliser les forces de sécurité et la Côte d’Ivoire.

Jeune Afrique affirme aussi que les services de renseignement libériens avaient averti leurs homologues ivoiriens de ce que plusieurs attaques viseraient la Côte d’Ivoire.  » les services de l’ambassade de Côte d’Ivoire au Libéria avaient informé en mars dernier les autorités ivoiriennes sur une série d’événements qui pourraient avoir de potentielles répercussions dans le pays, notamment des évasions dans la prison centrale de Happer, située dans le comté du Maryland, proche de Tabou » a révélé le journal.

Il faut dire aussi que parmi les documents saisis figure un contrat d’opération. Ces contrats écrits en anglais sont passés pour mener des combats en Côte d’Ivoire pour une durée de trois ans.

Selon les termes du contrat, chacun des combattants devrait empocher la somme de 5000 dollars US, soit un peu plus de 2.720.000 de nos francs.
                                                                       Marcos Podé 

 

Related posts

Présidentielle de 2020: le conseil constitutionnel valide l’élection

adminanoumabo

Djibouti : Le ministre d’Etat, Hamed Bakayoko porteur d’un message du président Ouattara à son homologue, Ismail Omar Guelleh

adminanoumabo

40è Popo Carnaval de Bonoua : comment Brassivoire brasse culture, économie et tourisme dans le Sud-Comoé

Michel GNABLE

Leave a Comment