Actualité

FPI: Le retour prochain de Gbagbo sonne-t-il le glas de la vie politique d’Affi N’guessan?

Quel avenir politique pour Affi?
Après l’acquittement de Laurent Gbagbo par la Cour Pénale Internationale, l’avenir politique de Pascal Affi N’guessan semble ne plus tenir qu’à un fil.

Affi N’guessan et Laurent Gbagbo se sont farouchement disputés la tête du Front Populaire Ivoirien(FPI), parti politique créé par Laurent Gbagbo dans les années 90. En effet, après l’arrestation de Laurent Gbagbo suivie de sa déportation à la Haye au pays Pays Bas, l’ex chef d’Etat a toujours voulu garder le contrôle du FPI malgré sa situation avec la Justice. Mais Pascal Affi N’guessan, son ancien premier ministre et ex président du FPI n’a pas voulu laisser son « patron » tenir les rênes du parti depuis sa cellule à la Haye. Ce conflit va même jusqu’à conduire les deux hommes devant la justice ivoirienne. Le procès va se solder par la victoire d’Affi N’guessan qui est désormais reconnu par l’Etat ivoirien comme étant le chef du Parti socialiste. Ainsi, considérant Affi comme un traite, plusieurs cadres restent fidèle à leur Mentor Gbagbo et vont créer un mouvement dénommé « Gbagbo Ou Rien »(GOR) qui aboutit à la création de EDS, une tendance FPI loyale à Gbagbo. Plusieurs événements vont se succéder jusqu’aux échanges électorales d’octobre 2020 où toute l’opposition ivoirienne s’est regroupée en bloc pour boycotter activement le scrutin exigeant entre autres: le retrait de la candidature d’Alassane Ouattara jugée anticonstitutionnelle, la réforme profonde de la CEI et la réforme du découpage électoral ce qui va entraîner la mort de 85 personnes. Ce boycott qui a rapproché les deux tendances FPI va se solder par la création du Conseil National de Transition (CNT) au lendemain au lendemain de la proclamation de la victoire d’Alassane Ouattara par la CEI. Mais malheureusement ce CNT est « mort-né ». Le CNT n’a malheureusement pas fait long feu car après l’arrestation de ses principaux leaders parmi lesquels Affi lui-même, le conseil national de transition s’est éteint sans avoir eu le temps de déployer sa stratégie. Les conséquences sont profondes, l’opposition s’enfonce dans la dislocation et la mésentente. Malgré cela l’opposition tente de panser les plaies, elle décide alors d’aller en rang séré aux élections législatives. Mais là encore l’opposition s’enlise, les différents partis n’ont pas réussi à se mettre d’accord. Le FPI d’Affi va donc quitter la coalition et faire chemin seul. Le EDS reste dans l’alliance avec le PDCI de Bedié et va aux élections législatives. Après ces élections, c’est la désillusion chez l’opposition: le RHDP rafle la large majorité des sièges aux parlement. Côté FPI Affi, c’est l’hécatombe: le FPI n’obtient seulement que deux (2) dont celui d’Affi lui-même.

La libération de Laurent Gbagbo ainsi que sa venue prochaine semble sonner le glas de la vie politique de Pascal Affi N’guessan qui avait annoncé en octobre dernier sur France 24 qu’il laisserait tout dès le retour de Gbagbo.

Affi ne compte pas pour autant rester les bras croisés. Après la nomination du nouveau premier ministre, chef du gouvernement Patrick Achi, Pascal Affi N’guessan a pris le soin d’adresser un message de félicitations qui laissait clairement entrevoir sa disposition pour une collaboration dans le nouveau gouvernement. Avant cela, le député de Bongouannou était aperçu en compagnie d’Adama Toungara médiateur de la république pour représenter la président Alassane Ouattara aux obsèques de l’ex président ghanéen Jerry Rawlings. Toute chose qui dénote le possible rapprochement de l’ex porte-parole du CNT d’avec pouvoir d’Abidjan.

Marcos Podé 

Related posts

Lancement de JIBE 2020 (Journées Ivoiriennes Du Bien-être)

adminanoumabo

CRISES IVOIRIENNES / ODIENNE : 50 victimes reçoivent réparation

adminanoumabo

MASA 2020 : Kandy Guira ou une arme musicale

adminanoumabo

Leave a Comment