Anoumabo.com
Actualité Annonce International Politique

Moscou à la rescousse de Nicolas Maduro

La Russie rejette l’autoproclamation mercredi du chef du Parlement vénézuélien, Juan Guaido, comme président par intérim. « Nous considérons la tentative d’usurpation de pouvoir au Venezuela […] comme une violation du droit international », a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.

Il fallait s’y attendre. Cette déclaration du porte-parole officiel du Kremlin a été la première d’une série de mises en garde formulées jeudi par la classe politique en Russie.

Pour le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, il n’y a qu’un seul président légitime au Venezuela, et c’est Nicolas Maduro. Le ministre Lavrov a lancé un appel aux dirigeants de l’opposition pour qu’ils résistent à toutes pressions externes, au risque de devenir « des pions » pour les Américains.

Les États-Unis, le Canada ainsi que plusieurs nations n’ont pas hésité à reconnaître la présidence par intérim de Juan Guaido.

Questionné sur la possibilité d’intervenir militairement pour chasser Maduro du pouvoir, le président Donald Trump a répondu que toutes les options seront considérées. Il n’en fallait pas plus pour que le ministre Lavrov évoque les risques d’une telle action.

L’ingérence étrangère destructrice, en particulier dans la situation actuelle, extrêmement tendue, est inacceptable, et est une voie directe vers l’arbitraire et le bain de sang.
 Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères

Le président russe, Vladimir Poutine, a d’ailleurs parlé jeudi au téléphone avec Nicolas Maduro, rapporte le Kremlin dans un communiqué. Au cours de cette conversation, le président Poutine « a exprimé son soutien aux autorités légitimes du Venezuela dans les conditions de l’aggravation d’une crise politique, provoquée de l’extérieur », précise le Kremlin.

Il a par ailleurs dénoncé une « ingérence extérieure destructrice qui bafoue de manière grossière les normes fondatrices du droit international » et a dit souhaiter « un dialogue pacifique ».

Un soutien stratégique et rentable pour la Russie

La relation entre la Russie et le Venezuela s’est soudée à l’époque du virage socialiste du président vénézuélien Hugo Chavez, au début des années 2000.

La Russie est devenue au fil du temps, avec la Chine, le principal créancier du pays. Moscou n’a pas hésité à aider financièrement Caracas, alors que l’économie du Venezuela s’effondrait sous le poids des sanctions et de la chute vertigineuse du prix du pétrole. Selon une enquête menée par l’agence de presse Reuters, le montant de la dette accumulée par le Venezuela envers Moscou frôle désormais les 13 milliards de dollars.

Pas plus tard qu’en décembre dernier, le président Nicolas Maduro débarquait une fois de plus à Moscou pour soigner cette relation cruciale avec Vladimir Poutine, afin de négocier un plan de sauvetage économique. Au cours de cette rencontre, la Russie s’est engagée à investir des milliards de dollars dans l’industrie pétrolière. Un secteur que le Venezuela n’a plus les moyens d’exploiter. Fait à noter, la société d’État russe Rosnef détient déjà près de 10 % de l’industrie pétrolière au Venezuela.

Les prochains jours seront déterminants et les conséquences pour la Russie sont sérieuses. Le départ de Maduro a le potentiel de coûter cher à Moscou et de compromettre son accès privilégié à la plus grande réserve de pétrole de la planète, dont dépendent aussi les raffineries américaines.

                                                                                                           source: NEWS

Facebook Comments

Related posts

[Interview] Conférence coaching: Miss KESSÉ, promotrice de l’événement nous livre ses secrets.

anoumabonew2018

Dougouba festival 2018

anoumabonew2018

Depuis la France, Debordo Leekunfa parle : je préfère rompre mes liens avec Arafat, c’est terminé…

anoumabonew2018