Anoumabo.com
  • Home
  • Actualité
  • [Interview] Stephan Coridon, Président de l’ONG Anansi “Le continent Africain est riche de son potentiel humain et de son énergie mais il manque un état d’esprit fédérateur et moteur”
Actualité Interview

[Interview] Stephan Coridon, Président de l’ONG Anansi “Le continent Africain est riche de son potentiel humain et de son énergie mais il manque un état d’esprit fédérateur et moteur”

Dans le cadre du Salon International des Proverbes et Sagesses Africains (SIPSA) prévu pour les 17 et 18 Mai à Abidjan, Stephan Coridon coach international de dirigeants et d’équipes dirigeantes accorde une interview à Anoumabo.com dans laquelle il se prononce d’une part sur l’ambition de l’ONG Anansi et d’autres parts, sur les réelles possibilités du développement de l’Afrique en termes d’autonomisation du continent.

1. Bonjour Stephan,  Comme de coutume, présentez vous à nos lecteurs !

Je suis Stephan Coridon, je suis coach international de dirigeants et d’équipes dirigeantes. En résumé, j’aide les dirigeants et les équipes dirigeantes à faire évoluer leurs pratiques pour gagner en performance dans la gestion de leurs défis actuels et futurs. Une activité qui m’amène à travailler auprès de PME et grands groupes internationaux dans une quinzaine de pays en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique.

2. C’est quoi votre parcours professionnel et celui d’entrepreneur au service des africains car celui ci doit être intéressant ?

J’ai eu plusieurs vies professionnelles sur les 20 dernières années: Une première dans le marketing et le développement commercial au sein d’entreprises industrielles et informatiques, une 2ème en tant que consultant en stratégie travaillant sur des projets de restructuration stratégique pour des groupes internationaux et enfin une expérience entrepreneuriale dans la formation et l’accompagnement de managers et de startups. L’Afrique est venue à moi, il y a environ 10 ans quand j’ai découvert la Côte d’Ivoire et son potentiel humain. J’ai très vite été frappé par l’énergie du continent et aussi confronté à ses contraintes. En 2010, j’ai voulu installé un cabinet d’accompagnement au développement à Abidjan mais le contexte politique de l’époque fut un frein et j’ai revu mes projets. Il y a 2 ans, je me suis senti prêt à revenir en Côte d’Ivoire pour contribuer à ma manière à développer le potentiel humain africain.

3. Parlez nous en long et large de l’ONG ANANSI, votre mission ?  Vos objectifs à court et long terme ? D’où tire-t-elle sa source de financement pour un tel fonctionnement ?

L’ONG Anansi est le fruit d’une réflexion de longue date et ma manière d’apporter ma pierre à l’édifice d’une Afrique fière, forte et solidaire. Je l’ai dit, le continent est riche de son potentiel humain et de son énergie mais il manque, selon moi, un état d’esprit fédérateur et moteur pour permettre un développement durable. Cet état d’esprit repose sur une forme de leadership humaniste et disruptif. Humaniste d’abord parce qu’il doit être tourné vers le succès collectif et le développement humain en Afrique. Disruptif ensuite parce que l’Afrique s’est engagé dans un processus de rattrapage vis à vis de l’Occident et plutôt que de courir après, je crois au contraire qu’il faut prendre des raccourcis en inventant des solutions plus adaptées au contexte africain. Il faut ce type d’état d’esprit et la volonté de l’ONG Anansi est de permettre non seulement son émergence mais aussi sa diffusion au plus grand nombre. Cet état d’esprit, je l’ai trouvé chez Kwaku Anansê, l’araignée connue pour son ingéniosité, sa malice et sa capacité à résister. Dans la mythologie africaine, Kwaku Anansê a appris aux hommes à planter des graines pour faire pousser des arbres. L’ambition de l’ONG Anansi est de multiplier le nombre de Kwaku Anansê. Notre vision est de créer la plus large communauté de Mentors panafricains au service du développement personnel et professionnel des Entrepreneurs et intrapreneurs de l’Afrique francophone. Nous sommes au début de notre ambition mais avons reçu un accueil favorable de nombreuses personnes intéressées à devenir des Mentors Anansi. Anansê ou Anansi? L’orthographe diffère parce que le mythe de Kwaku Anansê existe dans l’Afrique francophone mais aussi dans l’Afrique Anglophone. On trouve aussi des traces de l’araignée dans les Antilles, les USA et en Amérique du Sud (Suriname, Guyane). Le mythe a traversé l’Atlantique pendant l’esclavage et servait de symbole de résistance aux esclaves pour lutter contre l’oppression. J’ai opté pour Anansi parce que plus international, il fédère aussi au delà des frontières du continent.  En terme d’objectifs, nous nous sommes fixés de former nos premiers 100 Mentors Anansi d’ici 1 an. C’est un objectif ambitieux car être Mentor Anansi demande un engagement et il commence par celui de se former au Mentoring. Il y a des modèles africains mais ce n’est pas la même chose qu’être un Mentor bienveillant. L’ONG Anansi veut d’abord créer un état d’esprit auprès de ces modèles africains. En matière de financement, nous avons les cotisations de nos membres bien évidemment mais aussi le soutien financier d’entreprises dans le cadre du mécénat.

4. Votre ONG est partenaire au Salon International des Proverbes et Sagesses Africains (SIPSA), parlez nous de votre participation à ce salon et le type de partenariat scellé ?

Le SIPSA est une initiative formidable et avec la fondation SENAKPON nous partageons la cause commune d’une Afrique plus tournée vers ses traditions et ses valeurs. Avec Marcellin, GODONOU, le président de la fondation, nous nous sommes rapidement entendus et avons scellé un partenariat avec des premières actions concrètes: la 1ere a été la participation à l’écriture de l’ouvrage sur les Proverbes Africains, le 2ème a été la participation financière au Salon. Mais plus que l’aspect financier, c’est la volonté de vouloir changer les choses qui motive ma participation au Salon. Nous serons ensemble les 17 et 18 Mai à Abidjan et nous ne comptons pas nous arrêter là. Des projets sont dans les cartons pour la suite du Salon comme des programmes de formation en commun et des projets de recherche sur le Leadership en Afrique.

5. Selon vous, l’Afrique a t-elle une chance d’être autonome vis à vis des occidentaux ? Quelle solution propose votre ONG ?

Je ne crois pas qu’il s’agisse d’une question de chance pour l’Afrique, c’est à mon sens une question de volonté. Et la volonté commence par un travail en profondeur sur son identité propre. Il y a un travail de déconstruction et reconstruction mentale important à faire pour changer les croyances et l’état d’esprit. Je suis panafricaniste et afro-optimiste. L’Afrique doit se tenir debout et faire face au monde qui l’entoure avec force et solidarité. Cela ne peut se faire sans un travail sur ses fondamentaux traditionnels et un retour à ses valeurs distinctives. Le projet de l’ONG vise à réinterroger ces valeurs pour en tirer des principes forts pour permettre un développement dans la durée. Le choix du Mentoring comme principe de développement n’est pas anodin car il force à créer une relation de solidarité et de bienveillance entre les personnes. Ce faisant, nous nous inscrivons dans les traces de Kwaku Anansê, notre Mentor originel. Comme dit le proverbe somalien « tu ne vivras éternellement alors laisse un héritage », le projet de l’ONG vise à planter les graines d’un état d’esprit pour que tout africain contribue à laisser un héritage culturel, social et spirituel aux générations futures.

Votre message aux dirigeants africains.

Je donnerai un message en guise de proverbe africain (Lesotho) : « L’enfant du crabe marche de côté comme sa mère ». Tâchons donc de transmettre le bon exemple.

Votre mot de fin.

Un autre proverbe du Cameroun « C’est en essayant souvent que le singe apprend à sauter de l’arbre. » Gardons notre afro-optimisme et persévérons !

M.G / Bamba Mohamed 

 

Facebook Comments

Related posts

Dobet Gnahoré: 1500 concerts live et toujours la même énergie

anoumabonew2018

DRAME A ANOUMABO | MORT D’UNE ÉCOLIÈRE PAR LA NÉGLIGENCE DE SA MAÎTRESSE.

anoumabonew2018

Match d’ouverture de la Can d’Anoumabo : Le Maire Mancambou Joseph donne le coup d’envoi…

anoumabonew2018